Test du babyphone SmartNova…

Lorsque le Minus n’était pas encore né, sur sa liste de naissance, en bons jeunes parents stressés, comme écoute bébé nous avions choisi un babyphone Angelcare qui permet également (à l’aide de capteurs placés sous le matelas) de détecter les mouvements (ou plutôt les non mouvements) du bébé et donc les apnées ou arrêts respiratoires. Oui, je sais bien, il se passe des choses bizarres dans la tête d’une femme enceinte et une fois ce babyphone reçu à la maison autant vous dire que nous n’avons jamais utilisé la partie « détecteur de mouvements ou de respiration ». Je déconseille donc l’achat de ce genre de matériel (inutile et anxiogène) sauf si votre « minus nouveau né » présente des risques de mort subite du nourrisson bien sûr.

Bref, nous voilà donc avec un babyphone hors de prix dont nous n’utilisons que la moitié : la partie écoute bébé qui permet d’entendre les cris du Minus (ça c’est sûr) mais aussi des crachotements permanents et des interférences. Vous imaginez donc mon soulagement et ma joie quand Prunelle.be m’a proposé de tester le nouveau babyphone SmartNova gagnant d’un Baby Product Award en 2013.

Quelques jours plus tard, nous recevons la bête à la maison. Je déballe et là, la fan d’Apple que je suis, fais des bonds d’émerveillement, notre nouveau babyphone a la classe et le design d’une des créations de la pomme. Le Minus s’est d’ailleurs fait avoir, quand il a vu le babyphone, il nous a dit « il est pour téléphoner à qui le nouveau téléphone? » (mais à toi mon chéri dans ton lit). Bref, jugez par vous-mêmes, côté design, on ne peut pas se plaindre.

NOSM1-TL-SmartNOVA1.jpg

Fiers comme Artaban, nous passons alors au test en situation réelle. Et là, je dois bien vous avouer qu’on a failli se taper la honte du siècle. Pendant plusieurs jours, nous avons pensé que le babyphone ne fonctionnait pas. Nous l’avons retourné dans tous les sens, relu la notice 50 fois et régler le son à peu près autant. Nous n’entendions rien, pas un souffle, pas un bruit. Heureusement, avant de le renvoyer à l’expéditeur, nous avons pensé à la possibilité que ce babyphone soit vraiment silencieux et sans interférences et que si nous n’entendions rien et bien c’était parce que le Minus ne pleurait pas ou n’appelait pas. Ni une ni deux, pour avoir le coeur net, un matin après le départ du Minus à l’école, nous avons réalisé le test nous-mêmes. Babyphone branché, l’un en haut l’autre en bas dans le salon et je vous assure qu’une fois que l’homme s’est mis à appeler dans la chambre, je l’ai très bien entendu. En fait, donc, le babyphone fonctionne parfaitement mais nous ne sommes pas du tout habitués à cette technologie silencieuse.

Pour vous expliquer, jusqu’à présent, avec notre ancien écoute bébé, nous entendions en permanence des crachotements légers qui devenaient insupportables dès que quelqu’un employait un gsm à proximité (y compris quand le voisin du dessous téléphone). Ici, tant que le bébé ne crie pas (ou ne tousse pas, hier nous avons entendu le Minus expectorer de sa douce voix), pas un bruit. Nous n’employons pas le babyphone pendant que nous dormons car la chambre du Minus jouxte la nôtre mais avec un matos comme celui-ci, aucun risque d’être pollué par des crachotements pendant la nuit.

Mais comment fonctionne ce bel engin ? Nova est une marque (norvégienne) soucieuse de la santé de l’enfant. Le SmartNova est équipé de la technologie Care (Cordless Anti-Radiation Environment) qui élimine 98% des radiations et grâce à laquelle le babyphone cherche automatiquement un canal sans interférence, sans la radiation pulsatoire nocive. La différence par rapport aux babyphones DECT est qu’aucun rayonnement n’est provoqué à cette occasion. Ceci explique sans doute l’aspect silencieux qui nous a tant interloqués au départ.

photo (26).JPG

Autre innovation technique sympa (par rapport à notre ancien modèle) : la communication est dans les deux sens et nous pouvons donc aussi parler au Minus, pratique quand il s’agit juste de le rassurer ou de lui crier le vingtième « bonne nuit » ou « je t’aime » du rituel du coucher.

Pour le reste de la fiche technique, en vrac : portée jusque 450 mètres, affichage de la température de la chambre, batteries rechargeables sur secteur et autonomie de 72 heures en mode veille une fois chargées, indicateur de batterie sur les deux modules, fonction vibreur (quand je vous dis que c’est un gsm), veilleuse avec variateur.

Seul bémol, le prix : 139 euros. Mais bon, il est garanti deux ans et normalement un bon babyphone s’utilise pendant 3 ou 4 ans sans problèmes (enfin si la configuration de votre maison le nécessite bien sûr). C’est donc un investissement, c’est sûr, mais en tout cas, de notre côté, le test est plus que réussi !!

En résumé, les points forts : le design, l’aspect positif pour la santé de l’enfant (en diminuant les ondes), le silence de l’appareil (salvateur si vous devez dormir avec le babyphone branché), la fonction qui permet de parler au minus, le variateur de la veilleuse, la batterie et la facilité d’utilisation (la compréhension du manuel prend quelques minutes). Le point faible : le prix.

Vous trouverez ce babyphone sur le site de Prunelle.be où vous pourrez également consulter la liste des revendeurs en Belgique.

 

Maud Rendez-vous sur Hellocoton !
2 Commentaires
  • Contact
    juin 16, 2015

    Bonjour, malgré tout, ok pour la puissance de 6 mW mais quelle est la fréquence utilisée ? 900 Mhz ? Sans doute est-ce indiqué sur la boite ou l’appareil ? Merci d’avance pour la réponse (par email de préférence, mais sans publier ce dernier).

    • Maud
      juin 17, 2015

      Bonjour,
      Je pense que vous trouverez toutes les infos techniques sur la page de la marque.
      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *