Avant j’avais des principes, maintenant j’ai un minus…

Bon sang qu’elle est juste cette simple petite phrase écrite par je ne sais qui (sans doute une mère au bord du burn out) et qui, depuis que j’ai un minus dans ma vie, me semble un clin d’oeil permanent à celle que j’étais avant… Avant j’avais des principes, maintenant j’ai un minus… Tellement vrai… Et si, juste pour s’amuser, pour se moquer un peu (de moi), on essayait de lister quelques-uns de ces principes, de ces belles croyances jetées aux oubliettes un soir de coliques du nouveau-né. Parce que c’est vrai que, avec du recul, c’est mignon et un chouia ridicule un jeune parent plein d’idéaux et de bonnes intentions… Regardez plutôt ce à quoi moi j’espérais m’en tenir avant Minus 1er…

macdocecile.jpg

– Pas de chocolat avant 3 ans. Mais oui bien sûr ma grande, sauf que dès les anniversaires des deux ans du minus ou de ses copains, il y a un gâteau au chocolat pour les enfants. Et qu’ils aiment ça les bougres alors pourquoi les en priver ? Bien sûr, on n’est pas tombé non plus dans l’excès inverse, pas de nutella à tous les repas et on a de la chance, en fait, le minus n’aime pas le chocolat donc ce principe là était débile mais tient encore plus ou moins.. Mais les bonbons (qui faisaient partie de la même catégorie proscrite) ah les bonbons, ça on a bien foiré…

– Il faut lui brosser les dents matin et soir. Oui, sauf que si tu tombes sur un modèle qui déteste ça, tu laisses vite tomber le matin et les soirs de flemme tu fais semblant d’oublier. Bon pour compenser, on a acheté une brosse à dent électrique pour minus de compèt et quand on lui brosse les dents, c’est clair que c’est efficace.

– Pas de jouets moches, aux couleurs criardes ou faisant des bruits débiles et agaçants. Oui, mais ça c’est sans compter sur les immondes cadeaux de Tata Momie qui semble prendre un malin plaisir à offrir le jouet le plus vilain et le plus idiot du magasin. Et évidemment, le Minus trouve le jouet en question génial, super, fabuleux et te voilà donc obligé de traîner un chiot en peluche qui danse le rock ou une batte de baseball orange en mousse (véridique). Nous lui avons d’ailleurs offert pour ses deux ans un magnifique garage en bois du plus bel effet mais même s’il joue avec celui-là, Môssieu préfère celui en plastoc de chez Mamy…

– Ne pas hurler pour se faire entendre ou obéir, on se met au niveau de l’enfant et on lui explique… Mouahahah, j’étais comique quand même quand j’étais primi. Non, mais je pensais vraiment qu’une fois de temps en temps je n’allais pas craquer et hurler comme un putois qu’on égorge un soir de pleine lune, non mais franchement !? En plus, honnêtement, quand le minus est parti en vrille, souvent lui parler en se mettant à son niveau ça ne sert à rien du tout à part à avoir l’air d’une demeurée… ;-).

– La tutte, il faut essayer qu’il n’en prenne pas ou alors seulement en cas de gros chagrin. Re-rire hystérique… Le Minus est complètement accroc à sa tutte, osez essayer de lui enlever pour la nuit et il vous fera une crise digne d’un toxicomane en début de sevrage. Petit, on a tenu trois semaines (c’est déjà pas mal me direz-vous) avant de lui en coller une dans le bec, trois semaines de hurlements, eh oui avec un bébé RGO, il vaut mieux céder rapidement sur la tétine. Depuis, elle est sa meilleure pote avec son doudou et à trois ans, il la prend toujours pour la nuit mais promis, dans quelques semaines, quand on aura le courage, on réessaie un sevrage.

– Pas trop de médicament pour un tout petit. Oui bien sûr, celui-ci est plein de bon sens, sauf qu’à nouveau, avec un bébé RGO de quelques semaines, tu n’as pas vraiment le choix, si tu veux le soulager et survivre, il faut bien lui donner un médoc pour calmer ce reflux de merde. Et l’homéopathie qui, en général pour les minus sert pas mal, dans ce cas, n’est d’aucune aide.

Bon, évidemment, ne noircissons pas le tableau, il y a aussi toute une série de choses auxquelless on s’est tenu hein. La base, les principes de vie, ce qu’on a envie qu’il garde de nous, je pense qu’on s’y est accroché coûte que coûte. La gentillesse, l’interdiction des gros mots (caca boudin n’est pas un gros mot bien sûr), l’ouverture aux autres, tout ça bien sûr on ne transige pas… Et puis, il y a aussi d’autres petits points sur lesquels on a tenu bon :

– Se réserver du temps pour nous. Quand j’étais enceinte du minus, je disais à qui voulait l’entendre, moi mon minus je le ferai garder par ses grands marrants ou ses parrain et marraine régulièrement. Je veux une soirée par semaine, un week-end par mois et quelques semaines par an sans minus. Cela faisait bien rire mes copines avec enfant qui me disaient que je ne m’y tiendrais jamais. Eh bien, si, nous avons réussi à nous réserver assez souvent des petites pauses d’une soirée ou d’un week-end qui font, je pense, qu’en plus d’être parents, nous sommes aussi un couple. En plus, le corollaire plutôt très chouette, c’est que le minus n’est pas timide du tout et qu’il prend un réel plaisir à aller dormir chez les personnes qui s’occupent de lui depuis ses premiers mois. Jamais de larmes en le déposant chez mamy ou chez marraine… Evidemment, on a beaucoup de chance, on est très bien entouré de ce point de vue-là…

– On ne joue pas avec une arme à feu en plastique !! Le minus a bien quelques épées en mousse mais pas de pistolet à la maison. Dernièrement, il est revenu tout fier de la foire avec un pistolet en plastoc, sa grand-mère et son oncle pensant que c’était autorisé. Et là, je n’ai pas cédé, je lui ai expliqué calmement qu’ici c’était interdit et pourquoi et je suis allé mettre le flingue en question à la poubelle dans la rue (en l’emballant dans un sac plastique parce que j’avais peur que quelqu’un me voie et appelle la police eh eh). Le Minus n’a même pas pleuré, courageux Minus…

– La télé. Ah, vous pensez que le Minus a trois ans et qu’il n’a jamais regardé la télé. Meuh non, hein, j’ai toujours pensé que la télévision à très petites doses et en choisissant intelligemment les programmes n’est pas du tout nocive. Donc de ce côté-là, je n’ai pas dû contourner mes principes, je n’en avais pas !! Le Minus a commencé les dvd vers 18 mois ou deux ans, à raison de 5 minutes par jour, et uniquement des dessins animés choisis par nous (la Petite Taupe par exemple). A maintenant passé trois ans, il a déjà vu un Disney complet et va parfois au cinéma (style Ernest et Célestine) mais ne sait pas qui est Dora…

Bref, finalement, on a fait comme tout le monde, on a essayé de résister à la tornade « arrivée d’un premier minus » en jetant par dessus bord quelques principes poussiéreux auxquels on pensait tenir mais qui finalement ne servaient pas à grand-chose. De l’autre main, on s’est accroché très fort à ce qui compte pour nous dans la vie, parce que finalement, moi, tout ce que je veux c’est qu’il soit heureux et qu’il devienne un homme gentil et c’est déjà pas mal comme programme, non?

Et vous, avant les minus, quels étaient vos principes éducatifs ?

 

Maud Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *