Tes trois ans …

C’est l’automne et comme chaque année la nature a revêtu tes couleurs. Depuis trois ans, je les vois différemment ces tons roux, chauds, contrastés, tranchant avec la fadeur de l’été et la rigueur de l’hiver. Les arbres, les forêts, la mer me parlent de toi, chuchotant à mon oreille, les soirs de grand vent, de courtes comptines pour t’endormir. Comme tu le vois, ma douce furie, même les éléments se font caméléon pour célébrer ton anniversaire comme il se doit.

colombe-19

Le code de bonne conduite international des parents stipule dans son article 88 qu’il est fort mal venu de parler de son propre minus en des termes trop élogieux. Comme si parler de son minus en bien, s’émerveiller un peu trop, s’apparentait à de la vantardise, comme si, en parlant de lui, on parlait de soi… Je vous le dis tout de suite, je vais, comme souvent, déroger d’entrée de jeu à ce code de conduite. Parce que je dois bien te l’avouer, ma Missnuscule, tu m’épates, tu m’impressionnes, tu m’éblouis… Tu remplis les pièces de ta présence, tu irradies, tu rayonnes. Et je me rends compte que ce que j’ai écris sur toi à l’occasion de tes six mois, un ou deux ans, est toujours vrai aujourd’hui : tu es la plus belle et la plus boulimique de vie des ogresses que j’ai connues. Pantagruel et tous les héros des contes de notre enfance n’ont qu’à bien se tenir, la Missnuscule est dans la place.

colombe-18

Évoluant dans la vie de ton pas sautillant, la plupart du temps en chantant à tue-tête, tu as ravi tous les cœurs sur ton passage. Celui de tes parents, d’abord, qui bien que parfois un peu dépassé par cette tornade, sont subjugués par ton appétit de vivre; celui de ton grand frère, ensuite, qui ne te résiste jamais très longtemps et celui des grands-marrants chez qui tu es étonnamment calme. Depuis ta naissance, et je vous l’ai déjà dit, tes chagrins sont courts mais inconsolables, tes rires nombreux et éclatants, tes colères imprévisibles et terribles. Tu ne manges pas, tu dévores, tu n’aimes pas, tu adores, tu n’embrasse pas, tu étreins passionnément !

colombe-17

C’est l’automne et comme chaque année c’est le temps de ton anniversaire. Pour celui-ci, tu as compris et tu te réjouis depuis plusieurs semaines de fêter ton « naversaire » et de recevoir quelques amis proches et leurs minus, surtout ta copine « Nana ». Ces deux-là sont à mourir de rire, devisant comme des mémères dans un babil qu’elles seules comprennent et riant à gorge déployée toutes les deux minutes. Il faut dire (avec toute l’affection du monde pour l’une comme pour l’autre) que ces deux-là sont complètement folles. Voilà, sans doute, ce qui fait ton truc en plus, le petit supplément d’âme qui attire les regards et les cœurs, ce petit grain d’anticonformisme, cette petite faille, cette fêlure, cette magie que l’on sent en toi et qui font les êtres d’exception. Garde les ces petits plus, ils feront de toi une femme magnifique.

colombe-20

C’est l’automne et comme chaque année les jours se sont raccourcis, les fêtes de fin d’année se préparent, les familles se resserrent autour d’un chocolat chaud ou d’un feu de cheminée, les petits nez rosissent et les cuisines sentent les épices, la cannelle et le sucre. C’est l’automne et comme chaque année la nature a revêtu tes couleurs pour te souhaiter avec moi un très bel anniversaire ma Missnuscule.

 

Maud Rendez-vous sur Hellocoton !
24 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *