4 ans…

Il y a 4 ans, Magnus, ton papa, est rentré en fin de soirée de son basket hebdomadaire et d’une journée bien remplie. Vu qu’il avait l’air fort fatigué et que tu étais deux semaines en avance, j’étais un peu embêtée de le prendre par surprise, prêt à se vautrer dans son lit et à s’endormir avec bonheur… Je lui ai donc soufflé un peu timidement « je me demande si ce n’est pas pour cette nuit »…

http://www.blogblogyaquelquun.be/bbqq1/wp-content/uploads/2014/03/652adcf7.jpg

Quelques heures plus tard, après un bain, une valise à finaliser, un gros chien à promener et quelques contractions à chronométrer (ouch), nous roulions vers notre destin et plus pragmatiquement vers la maternité. J’aime la nuit, son mystère, son ambiance particulière et son atmosphère, voilée, entre-deux, apaisée… Je ne sais pas si c’est une coïncidence (sans doute) mais j’ai accouché de mes deux minus pendant la nuit et cela me va parfaitement. J’aime l’idée que ce moment magique, rien qu’à nous, se déroule aux heures les plus intimes d’une journée.

Et puis très vite tu étais là… Petit être fragile au regard perçant posé sur mon ventre et puis sur le torse de ton papa… J’étais un peu perdue, étonnée et émue. Après neuf mois de relation fusionnelle et utérine, te voir « en vrai » m’a, je te l’avoue, un peu prise au dépourvu. Je sentais que le moment était unique, important, primordial mais j’avais un peu l’impression de regarder la scène sans la vivre. Rassure-toi, il ne m’a pas fallu longtemps pour me reprendre, m’ébrouer, te regarder, te sentir et sceller notre union. Magnus était là bien sûr : aimant, attentionné, ému et impatient.

Ce 12 mars 2010, nous écrivions les premières lignes de ton histoire, de notre histoire dont finalement je ne connaissais encore rien. J’allais très vite découvrir les petits soucis et les grandes joies de la maternité. Ton reflux, les mises au sein difficiles, la fatigue, les nuits trop courtes et la solitude d’un côté… Tes sourires, ton rire qui éclate, tes premiers pas, notre complicité, ton premier jour d’école et tant d’autres moments précieux de l’autre …

Et te voilà, quatre ans plus tard… Flanqué de ta petite sœur et de ton sourire taquin. Ta bouille d’arsouille en bandoulière, prêt à prendre la plaine de jeux et le monde d’assaut.

Tu aimes te déguiser partout et tout le temps, en pirate ou en pompier, en lion ou en chevalier… Tu aimes lire, écouter, raconter, embrasser la petite sœur et compter tes trésors (un, deux, trois, quatre, cinq, huit, dix). Tu fais des files de voitures comme personne et invente des histoires compliquées avec tes Playmobils. Tu aimes être entouré, sortir, voir du monde, assister à des concerts et sauter dans les flaques. Tu chéris ta famille dont tu ne t’éloignes jamais vraiment, tes grands-marrants, ton Coco et tes marraines, tes amis et tes doudous.

Tu cours dans tous les sens, ne t’arrêtes presque jamais, saute sur le canapé et sur ton lit. Manger ne t’intéresse pas beaucoup, c’est du temps pris sur tes jeux… Dans ton monde, les méchants sont des loups ou des sorcières (et même qu’il y a des loups gentils) et c’est très bien comme ça…

Tu as bien sûr aussi un côté sombre… Tu es autoritaire et tes crises de colère nous étonnent toujours. Quel démon pique les minus de deux à cinq ans quand la frustration, la faim ou la fatigue leur fait péter les plombs? Tu es ultra sensible et ne supporte pas d’avoir l’impression que tu as déçu ton entourage. Quand la pression se fait trop forte tu t’enfermes dans un cycle de tirage de tête et de bêtises. Qu’il est long mon minus le chemin vers la sérénité, quand j’aurai trouvé un raccourci, promis je te fais signe ;-).

Voilà, il y a 4 ans tu entrais dans notre vie en en modifiant à jamais les contours. J’y ai laissé quelques plumes et quelques grasses matinées mais je n’échangerais ma place pour rien au monde. J’entends souvent des gens dire que leur enfant leur ressemble mais moi, mon minus, c’est moi qui aimerait te ressembler… Bon anniversaire mon si petit géant !

 Tous les likes et les commentaires de cet article ont été perdus dans la migration du blog… Désolée pour vos mots !
Maud Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *