Derrière ce petit bonhomme, une montagne…

Si vous êtes un habitué de facebook ou si vous suivez l’actualité belge de près, vous avez dû croiser, ces dernières semaines, le joli visage de Joël. Joël a cinq ans ou peut-être déjà six, cela ne change pas grand-chose à mon histoire. Il est arrivé en Belgique quand il avait un an, accompagné de sa maman Peace, pour se soigner. Joël souffre d’une maladie grave, une dysplasie osseuse et ça c’est plus important pour mon histoire. Il est rwandais et depuis plusieurs années il subit de lourdes opérations dans des hôpitaux de notre pays, opérations que ne seraient pas envisageables au Rwanda… Sa maman a fait une demande de titre de séjour. En effet, les médecins qui suivent le cas de Joël estiment que s’il retourne au Rwanda, il risque un décès précoce, les soins spécialisés nécessaires n’y étant pas disponibles. Mais l’Office des Étrangers ne l’entend pas de cette oreille et a décidé de le renvoyer avec sa maman dans leur pays d’origine.

11101389_479071065590759_2340691436542841748_o

Joël est dans l’école du Minus, dans la classe jouxtée à la sienne et cela non plus ne change pas grand-chose à mon histoire. Mais comment faire comprendre au Minus que ce n’est pas parce qu’on connaît Joël, parce qu’on le côtoie tous les jours ou parce qu’il est gentil qu’il faut se battre ? Comment lui expliquer que derrière le cas de Joël (qu’il a déjà beaucoup de mal à comprendre) se cache plein d’histoires similaires ? Comment lui expliquer que dans un parc de Bruxelles plusieurs familles roms accompagnées de minus (dont un bébé de 9 mois) dorment sous des tentes depuis plusieurs semaines dans des conditions inhumaines et ce dans l’indifférence quasi générale ? Que faut-il leur montrer ? Leur cacher ? A quoi et comment les sensibiliser ? Comment traduire ces monstruosités bureaucratiques en mots de minus ? Comment nommer l’inhumain dans un vocabulaire d’enfant ? Comment lui expliquer qu’on doit aider tous les Joël et pas juste le sien ?

Bien sûr, que les choses soient claires, je suis ravie de la mobilisation qui entoure la situation de Joël et Peace, les milliers de signatures que comptent la pétition en faveur de leur régularisation sont autant de pieds de nez (et de doigts d’honneur) envoyés à la figure des Francken et autres, des lâches, des tièdes, des désabusés et des extrémistes de tous bords. Bien sûr… Mais derrière ce petit bonhomme pourtant haut comme trois pommes il y a toute une montagne et je veux voir le paysage dans son ensemble et surtout comprendre comment le montrer à mes minus…

Maud Rendez-vous sur Hellocoton !
4 Commentaires
  • small fabrik
    juin 11, 2015

    Je suis et soutiens Joel depuis que j’ai appris la demande d’expulsion… Je me poserais sans doute les mêmes questions que toi si mon lutin était dans la même ecole que lui. Comment expliquer l’inexplicable … Je n’ai pas la réponse. Je travaille dans le social depuis des années et je suis régulièrement témoin de choses injustes et incompréhensibles. Perso tant que faire se peut, je préfère épargner mon lutin de l’actualité parfois injuste et dramatique, l’épargner de la noirceur de notre monde, même si cela n’est pas toujours possible …. Je n’anticipe jamais les questions, j’attends qu’il me les pose et j’essaie de lui répondre de façon adaptée à son age mais je reconnais ce n’est pas toujours simple.
    Merci pour ton article en tout cas. Ca y est je me pose 1001 questions maintenant 😉

    • Maud
      juin 17, 2015

      ah je bosse dans le social aussi 😉 !! J’essaie de le préserver mais quand il pose des questions sur Joël ou sur un sans abri en rue j’essaie quand même de m’approcher de la vérité avec des mots d’enfants…
      Mais c’est un vaste débat c’est clair…

  • Gwen
    juin 12, 2015

    Le mien a 5 ans aussi, alors j’imagine bien toutes les questions qu’il peut poser… Ne pas le surprotéger, le sensibiliser mais ne pas lui faire peur non plus, l’épargner tant qu’il est encore petit… Difficile de trouver le juste dosage.
    J’ai du expliquer le cancer et la mort à mon fils cet hiver lorsqu un petit copain de sa classe a perdu sa maman… Dur dur car cette histoire nous bouleverse mon mari et moi. Je pense qu’on est des parents sensibles et qu’on transmettra cette sensibilité à nos enfants. Pour Joël et pour tous les autres, il faut aider comme on peut et ne surtout pas fermer les yeux. Le fait que tu parles de ca sur ton blog, tu agis déjà

    • Maud
      juin 17, 2015

      Merci ! Et merci pour tes mots qui apportent du grain à ma réflexion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *